Editorial

Edito

Ça y est, c’est déjà le dernier numéro de l’année scolaire !

Avant le break estival que nous vous souhaitons reposant, bénéfique et ensoleillé, plongez au cœur d’un thème cher à Audencia : l’hybridation des compétences.

Au sommaire de ce 17e numéro : double compétences, rencontre avec la première promo ingénieur-manager, multi-compétences, hybridation augmentée et responsable… Nous vous disons tout et plus encore ! Tournez les pages et feuilletez ce numéro sans plus attendre, de votre canapé ou du bord de la piscine, pour découvrir tous les sujets.

Avec toute l'équipe Alumni, nous sommes supers fiers à chaque parution de vous présenter les belles histoires du réseau et vos réalisations que nous trouvons inspirantes.

Et vous êtes toujours plus nombreux à lire The Mag (pour cela merci merci !), donc nous espérons que cela vous plait autant qu’à nous.

Ce magazine, c’est le vôtre, alors si vous avez des sujets qui vous tiennent à cœur, n’hésitez pas à nous les partager ! Nous promettons d’y prêter un œil attentif, écrivez-nous à : audenciaalumni@audencia.com

Au passage, Audencia Alumni vient de lancer sa nouvelle page Linked In, n’hésitez pas à vous y abonner !

Bonne lecture et très bel été à tous, 

 

Amandine Luce, pour l’équipe Audencia Alumni

 

The topic

L’hybridation est la clé du monde de demain

Face à un monde marqué par des mutations de plus en plus rapides, la seule maîtrise d’un domaine d’expertise basé sur les hard skills ne suffit plus. Depuis une dizaine d’années, la notion d’hybridation des compétences fait son chemin tant dans les milieux académiques qu’économiques. Mais de quoi s’agit-il au juste ?

Double compétences, multi-compétences, profil ingénieur-manager… autant de vocables qui traduisent l’hybridation des compétences telle qu’Audencia la pratique depuis de nombreuses années en décloisonnant l’apprentissage des hard skills. Cependant, l’hybridation s’entend également d’un point de vue plus large lorsqu’il s’agit d’articuler le duo hard skillssoft skills.

« Dans le cadre de l’Alliance Audencia – Centrale – ENSA et de son partenariat avec le Groupe RH&M, 70 responsables de ressources humaines ont contribué à cette réflexion », rappelle Françoise Marcus, Directrice de la Direction des Relations Entreprises et Diplômés, qui a elle-même participé à ces travaux parus en 2017 dans le n°9 des Cahiers de la prospective.

Intitulé « Hybridation des compétences : processus clé pour inventer demain ? », l’ouvrage cite le psychologue américain Howard Gardner qui a théorisé huit types d’intelligence dont certaines sont de l’ordre de la cognition et d’autres de l’ordre de la relation prenant en compte les émotions. Pour le psychiatre Serge Tisseron, l’hybride « est une personne en mesure de faire travailler en parallèle plusieurs formes d’intelligence, au minimum deux à trois ».

« En développant des partenariats de plus en plus novateurs avec d’autres académies hors du champ du management, en France et à l’international, je pense par exemple au nouveau partenariat outre-Atlantique avec la New York Film Academy, l’Ecole accompagne ses étudiants dans le développement de plusieurs formes d’intelligence (hard et soft skills) qui leur permettent de se réaliser et de s’adapter à notre monde complexe », avance Françoise Marcus.

Telles sont désormais les attentes des entreprises, ajoute Agnès Marchand, Responsable du Career Center d’Audencia :

« Être expert dans son domaine, c’est bien mais ce n’est plus suffisant. Les entreprises ont besoin de personnes qui ont une vision globale en s’appuyant sur leurs soft skills : leur adaptabilité au changement, leur agilité face à l’imprévu, leur approche transversale des réalités de l’entreprise, leur capacité à travailler en équipe ou encore leur intelligence émotionnelle ».

Si le Career Center aide les étudiants à valoriser la transdisciplinarité de leur apprentissage, il les accompagne également dans la recherche de leur spécificité. Autrement dit, à surligner la complémentarité de leurs hard skills et de leurs soft skills. À traduire dans les actes la notion d’hybridation des compétences, en quelque sorte.

 

Découvrir le cahier de la prospection RH

 

 

Guy-Pierre Chomette, Rédacteur

 

 

© Philippe Cauneau - Audencia

The topic

Audencia sur la piste de l’hybridation augmentée

Nicolas Arnaud, Directeur des programmes d’Audencia, revient sur la déclinaison d’un marqueur fort et différenciant d’Audencia, l’hybridation augmentée et responsable, au cœur du nouveau plan stratégique ECOS 2025.

L’axe 2 du plan stratégique évoque « une hybridation généralisée et augmentée », pourquoi ?

Depuis 15 ans, nous parlons d’hybridation à Audencia. Cette idée d’interdisciplinarité est le socle de l’Alliance Centrale – Audencia – Ensa mais aussi de plusieurs doubles-programmes développés au fil des années. Ce qui était – et reste – un marqueur fort de différenciation est devenu pour nous un classique, une forme d’ADN.

Aujourd’hui, nous nous devons d’aller plus loin, poussés par trois défis majeurs :

  • Le développement de technologies et d’informations responsables,
  • L’adoption d’approches managériales au service d’organisations inclusives,
  • Le déploiement de modèles d’affaires soutenables d’un point de vue social et environnemental.

 

Comment le concept va-t-il se concrétiser ?

Nous avons fondé Gaïa, la toute première école lancée par une business school intégralement dédiée à la formation aux stratégies et pratiques managériales à impact positif. Et désormais 100% de nos étudiants en formation vont y suivre une partie de leur cursus pour appréhender dans leur complexité tous ces sujets de transition écologique et sociale et en comprendre les implications métier en lien avec leur propre filière de formation.

Nous renforçons aussi l’intégration dans les programmes de la dimension technologique, toujours sous un angle responsable, avec notamment l’ouverture en 2022 d’un tronc commun sur la DATA, les technologies et l’IA (intelligence artificielle) dans le Programme Grande Ecole. Mais là encore, on ne raisonne plus seulement programme au sens académique, nous recherchons une intégration complète de cette notion d’interdisciplinarité en la travaillant directement dans les écosystèmes, avec des partenaires professionnels. Nous souhaitons ces prochaines années aller jusqu’au co-branding de programmes entiers avec de très grandes entreprises spécialistes des technologies et de la data.

 

On est bien au-delà de la double-compétence donc…

Au-delà de l’interdisciplinarité pure, même ! Il s’agit d’ancrer des réflexes, des manières de penser et de concevoir le monde dans sa complexité, mais aussi les individus que nous sommes. Nous ouvrons par exemple des opportunités académiques hors-management à l’international, avec la New York Film Academy notamment, pour permettre aux étudiants de se développer différemment.

C’est une réponse aux attentes des étudiants et des organisations qui les emploieront demain. C’est notre manière d’être une école meilleure pour le monde.

 

 

Florence Alix-Gravellier, Rédactrice

 

 

© Philippe Cauneau - Audencia

The topic

Les femmes de la première promo Ingénieur-Manager à Audencia : que sont-elles devenues ?

Rencontre avec trois femmes issues de la première promo Ingénieur-Manager !

Développer une double compétence en management pour augmenter son employabilité en tant qu’ingénieur... C’est le choix fait par Karine Polycarpe, Chloé Lecarpentier et Laura Boisseleau. Comme 7 autres femmes, elles ont été les premières à suivre un cursus entre Audencia et une école d’ingénieur. Âgées de 35 ans, que sont-elles devenues depuis l’obtention de leur diplôme en 2010 ?

« Lors de mes études d’ingénieur, à l’école des Mines de Douai, j’ai effectué mon premier stage dans l’industrie. Ça a été une révélation ! », se souvient Laura Boisseleau qui a ensuite suivi pendant 18 mois un double cursus avec Audencia. Son ambition : « viser des postes de direction d'usine ».

Onze ans plus tard, mission accomplie ! Désormais dans la Sarthe, elle travaille depuis 2017 dans une entreprise spécialisée dans la menuiserie industrielle comme Directrice de production. Cette passion pour l’industrie, Laura la façonne depuis le début de sa carrière. Diplôme en poche, elle est embauchée chez PSA à Mulhouse en tant que Responsable de production. Trois ans plus tard, elle intègre une PME rattachée à un groupe international leader dans la nutrition animale. Elle y sera Directrice d’usine pendant deux ans. Poste qu’elle occupera ensuite dans une entreprise vendéenne (fabrication de gâteaux apéritifs).

Le parcours professionnel de Chloé Lecarpentier fait quant à lui la part belle à la transition énergétique. Après un passage à l’INSA de Rennes et Audencia, elle décroche son premier job dans une entreprise lyonnaise en tant que Chef de projet pour des installations photovoltaïques avant de bifurquer vers le développement de produit et le management d’équipe. Sept ans plus tard, en 2017, elle part s’installer dans la Drôme et prend un virage : « passer des énergies renouvelables dans le privé à la sobriété énergétique dans le public ». Elle met alors un pied dans une collectivité territoriale (Valence Romans Agglo) qui accompagne les propriétaires dans la rénovation énergétique de leur logement. Depuis janvier, la voilà Responsable d’une équipe de 5 personnes.

De son côté, Karine Polycarpe a satisfait ses ambitions internationales... Après un stage aux États-Unis (groupe hôtelier Accor) et un semestre en Inde dans le cadre de son double parcours au sein d’Audencia et de l’école centrale de Nantes, elle opte pour une VIE (volontariat international en entreprise) avec l’envie de se challenger. Une entreprise française (fabrication de câbles électriques) projette d’ouvrir une filiale à Bombay. Du haut de ses 23 ans, elle met le projet en route. L’occasion de vivre « une vraie expérience entrepreneuriale » malgré des difficultés à s’imposer dans un milieu industriel et vivre 3 ans dans un pays avec ses différences culturelles. Aux côtés de son mari muté à Singapour, elle s’envole alors pour l’Asie. Après une expérience d’un an dans une start-up locale (internet des objets) chargée du business développement, elle intègre voilà 5 ans une entreprise américaine (protection électrique pour le bâtiment). Son job : doper les ventes. Une mission qu’elle poursuit à Hong-Kong et ce, depuis deux ans.

 

 

Florence Falvy, Rédactrice

The topic

« L’hybridation est une affaire de confiance »

Pour son action en tant que DRH Transformation et Communication au Crédit Agricole Technologies et Services, Marc Do Van Tuan (GE 95) a reçu le prix du DRH Numérique 2020 décerné par l’Association Nationale des DRH. Aujourd’hui Directeur Général Adjoint chez Crédit Agricole Group Infrastructure Plateform, il revient sur cette distinction qui couronne un vaste projet de transformation digitale dans les ressources humaines.

Dans quel contexte s’est déroulé le projet de transformation digitale d’envergure que vous avez mené au Crédit Agricole, et spécifiquement dans le domaine des RH ?

Marc Do Van Tuan : Dans le secteur bancaire, la relation client est profondément revisitée depuis l’apparition des technologies numériques. En tant que leader du marché et dixième banque mondiale, nous souhaitons conserver le meilleur de la proximité que nous avons avec nos clients via nos réseaux d’agences tout en proposant l’intégralité de nos services à distance avec la meilleure expérience client digitale. Autrement dit, épouser la vague de la digitalisation tout en restant la référence en termes de réseau d’agences. Pour faire la différence, la digitalisation de nos services doit être augmentée par la responsabilité humaine. C’est le point d’orgue de notre stratégie. Nous travaillons l’IT dans cette perspective.

 

Comment vous y êtes-vous pris ?

Marc Do Van Tuan : À l’aide de la méthodologie Agile développée aux États-Unis au début des années 2000 dans le secteur des IT, nous avons mis en place un nouveau modèle d’entreprise pour désiloter ses grandes fonctions et responsabiliser les collaborateurs au plus près du client. La méthode Agile instaure une grande transversalité dans la manière de travailler, autrement dit une hybridation poussée des métiers. Au niveau des RH, en l’absence de modèle Agile inspirant, la transformation a été le fruit d’une véritable co-construction testée et ajustée en permanence. Il s’agissait d’acculturer l’intégralité des équipes, soit quelques 1 600 collaborateurs, à la culture Agile !

 

En quoi doit-on y voir les effets d’une hybridation des compétences ?

Marc Do Van Tuan : Dans les entreprises, il y a souvent de nombreux talents qui n’ont pas la capacité d’intervenir au-delà d’un certain domaine. Il faut se poser cette question : qu’est-ce qui peut favoriser la capacité des collaborateurs à sortir d’un cadre donné, à libérer leurs talents ? En favorisant la transversalité et l’autonomie des services et des collaborateurs, l’hybridation des compétences est mécaniquement sollicitée. Mais attention : le droit à l’erreur est inhérent aux méthodes Agile. En d’autres termes, l’hybridation est une affaire de confiance. Cela peut paraître paradoxal mais le droit à l’erreur libère les compétences et sert l’entreprise dès lors que l’on sait en tirer les leçons.

 

Guy-Pierre Chomette, Rédacteur

 

Campus life

Iconic Alumni : des parcours inspirants à l’honneur

Diversité : c’est le premier mot qui vient à l’esprit pour qualifier l’exceptionnelle mosaïque d’itinéraires professionnels empruntés par les diplômés d’Audencia. À l’occasion de ses 120 ans, l’Ecole lance le projet Iconic Alumni, une série de dix portraits annuels emblématiques de cette diversité.

Quels sont les points communs entre Claude-Michel Schönberg, Compositeur, Sorachna Honn, Fondateur de l’une des premières banques commerciales du Cambodge, Vincent Roux, Entrepreneur dans l’intelligence artificielle ou encore Estelle Nze Minko, Handballeuse professionnelle et Entrepreneuse, respectivement GE 67, IMM 08, GE 04 et SCOM 15 ? Tous les quatre ont usé les bancs d’Audencia il y a plus ou moins longtemps. Et tous les quatre ont été retenus pour figurer dans la série de dix portraits de diplômés emblématiques publiée en avril en version web et print, première salve annuelle de ce qui est appelé à devenir une véritable collection d’itinéraires inspirants.

« Le parti-pris du projet Iconic Alumni est d’obtenir un panel très éclectique de parcours emblématiques, précise Françoise Marcus, Directrice de la Direction des Relations Entreprises et Diplômés. Il ne s’agit pas de glorifier la réussite, notion d’ailleurs toute relative, mais la réalisation de soi-même. Cela peut être dans l’entrepreneuriat ou dans la finance, mais aussi dans le sport ou la culture… ».

Piloté par Katie François, Chargée des relations de l’école avec les diplômés à l’international, rédigé par Katia Herault (GE 01), le projet Iconic Alumni met en lumière des profils de tous les programmes, de toutes les nationalités et basés partout dans le monde.

« Même si le diplôme n’est que l’un des aspects d’un ensemble bien plus vaste de facteurs qui déterminent l’itinéraire d’un alumni, cette galerie de portraits montre que l’école permet à ses diplômés d’avoir les clés pour gérer de front une carrière professionnelle et un engagement personnel, voire de les fusionner », ajoute Matthieu Bonnamy, Responsable de l’Alumni Center d’Audencia.

Chacun y trouvera matière à réflexion. Etudiants, candidats, diplômés, partenaires, parents, personnel de l’école… Iconic Alumni s’adresse à tout l’écosystème Audencia !

 

Découvrez la galerie de portraits Iconic Alumni

 

 

Guy-Pierre Chomette, Rédacteur

 

 

© Philippe Cauneau - Audencia

Campus life

Place aux nouvelles technologies

La technologie blockstain s’impose de plus en plus. C’est le cas notamment à Audencia. Exemples...

Audencia continue d’élargir les services offerts aux diplômés. Férue de nouvelles technologies, l’école a ainsi choisi la blockchain pour leur permettre de télécharger, via une URL personnalisée, leur attestation de diplôme directement en ligne, de manière ultra fiable et sécurisée. Ce document infalsifiable peut ainsi être publié sur leurs CV et réseaux sociaux professionnels. Les personnes intéressées par leur profil peuvent alors vérifier instantanément et d’un simple clic la réalité de leur diplôme. Pour l’heure, seuls les diplômés des programmes Bachelor, SciencesCom et Grande Ecole de ces dix dernières années ont accès à ce service. Dispositif qui sera étendu aux promotions suivantes. Et, à terme, en fonction du succès de l’opération et de son degré d’utilisation, Audencia prévoit un déploiement à l’ensemble de ses programmes. 

 

Un garde du corps numérique

Parmi les diplômés concernés figure Matthieu Boutard (GE 12). Les nouvelles technologies, lui, il maîtrise. A 33 ans, cet entrepreneur social, qui est passé par Groupon et Google, dirige l’ESS Bodyguard à Nice (22 personnes). Sa vocation ? Protéger contre le cyber harcèlement sur les réseaux sociaux grâce à une application mobile gratuite et sans publicité disponible sur Twitter, YouTube, Instagram, Twitch et Facebook. Imaginée par Charles Cohen en 2017, cette solution « concrète et préventive » est une technologie qui détecte en temps réel les contenus haineux (commentaires racistes, homophobes, sexistes, harcèlement moral et autres insultes) sur internet. Ça se passe en 3 étapes.

« L’intelligence artificielle va permettre de reformuler ce qui a été écrit et détecter les mots potentiellement haineux. Puis, contrairement aux solutions existantes qui reposent sur des filtres à mot clés, cette technologie analyse le contexte autour du message et va regarder en sus à qui il s’adresse. »

Une fois filtrés, les contenus injurieux sont ensuite masqués ou supprimés.

Bodyguard protège 55 000 utilisateurs dans le monde : politiques, journalistes, youtubeurs, athlètes professionnels mais aussi tout individu qui s’exprime sur les réseaux sociaux. Grâce à une API payante, les entreprises peuvent elles aussi avoir accès à ce garde du corps numérique depuis janvier 2021. La start-up compte une dizaine de clients (médias, acteurs du gaming, clubs sportifs...).

« Près de 10 millions de commentaires haineux sont analysés par mois. Nous observons une flambée de la haine liée au contexte économique et sanitaire. Les gens se défoulent sur les réseaux sociaux », observe Matthieu Boutard qui entend faire de Bodyguard « une référence de la modération à l’échelle internationale ».

 

Florence Falvy, Rédactrice

 

Campus life

Les nouvelles de l’école

Concours, fin des travaux, événements et conférences... L'actualité de ces derniers mois est riche au sein du campus d'Audencia.

 

Le temps des concours

Le printemps est la période des concours d’admission à Audencia, tous programmes confondus, et notamment des oraux d’admission du programme phare de l’école, le PGE (Programme Grande Ecole), qui se déroulent du 25 mai au 13 juillet.

Comme chaque année à cette occasion, Audencia sollicite ses alumni pour participer aux épreuves en tant que jurés. Pour cette session, les candidats seront accueillis en présentiel et découvriront l’école sous le thème du voyage et du tour du monde en 80 jours.

L’état d'esprit restera comme à l'accoutumée la bienveillance et l'écoute, comme le notait Claire, candidate interrogée par Le Figaro l'année dernière :

« Je ne sais pas si j’ai réussi, mais j’ai passé un bon moment avec les examinateurs. Ils n’ont pas cherché à me déstabiliser ».
 

Inauguration du « TREEG »

Juin marque également la fin des travaux sur le parvis de l’école, avec, comme point d'orgue, l'installation d'une œuvre d’art monumentale, le « TREEG », imaginée par l'artiste Pascale Marthine Tayou. L’arrivée de cette œuvre sur l’Atlantic Campus d’Audencia est le symbole de l’engagement et de l’ouverture historique d’Audencia en faveur de la culture et des arts au sens large. Le TREEG, l’arbre aux œufs de la connaissance, symbolise l’aspect vivant, mouvant et illimité de la connaissance. Une dimension qui résonne particulièrement à Audencia, tournée vers l’hybridation des savoirs. Cette œuvre sera inaugurée le 25 juin en petit comité.

Découvrez le TREEG >
 

Forum Génération Egalité : Audencia s'implique

Audencia co-organise avec l’Institut Open Diplomacy et d’autres acteurs de l’enseignement supérieur le Grand Tour #NotreGénérationEgalité, une nouvelle action nationale en faveur des femmes. Il prépare le sommet ONU Femmes présidé par la France du 30 juin au 2 juillet 2021. Audencia, très engagée sur la question de l’égalité hommes-femmes, notamment via sa Chaire Impact Positif, a été associée à la journée du vendredi 16 avril, en présence notamment de Sarah El Hairy, Secrétaire d'État à la Jeunesse et à l'Engagement, d'Olivia Grégoire, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie ou encore de Delphine O, Ambassadrice et Secrétaire générale du Forum Génération Égalité.
 

Conférences Isegoria, un ex-Président en vedette

Organisé par l'association étudiante de l’école, le cycle de conférences Isegoria a reçu François Hollande, le 1er avril dernier. L'ancien Président de la République a notamment évoqué sa fondation "La France s’engage", dont le but est de promouvoir les actions en faveur de l'innovation sociale. Il a également abordé son dernier ouvrage "Les leçons du pouvoir" et analysé comment elles peuvent être utiles pour déchiffrer les grands enjeux actuels.

 

Jordi Soude (SCOM 07), Rédacteur

Network talk

Les perspectives événementielles du réseau Audencia Alumni

La crise sanitaire, à Audencia comme ailleurs, pousse à la réinvention. Comment partager convivialité, conseils et connaissances quand on ne peut se réunir en présentiel depuis si longtemps ?

Avec Around The World, le désormais traditionnel voyage audencien autour du monde de communauté en communauté alumni, comme les nombreuses rencontres proposées par Audencia Career et Audencia Alumni, la bascule digitale des événements s’est faite naturellement ces derniers mois, avec un programme allégé mais alléchant en lien direct avec les besoins des diplômés au cœur d’une période complexe.

« Nous voulons regarder vers l’avant et proposer des formats agiles, avec un retour au présentiel dès que cela sera possible », explique Matthieu Bonnamy, Responsable du pôle Audencia Alumni.

« Même sous contrainte sanitaire, nous sommes sérieusement drôles », enchaîne Antoine Lambert (GE 06) de La Belle Boîte avec laquelle Audencia Alumni s’associe le temps d’un webinaire interactif pour lutter contre le sexisme dans le monde professionnel. Un sujet qui touche toutes les communautés de diplômés d’Audencia qui sont attendus nombreux le 8 juin (inscriptions sur Together) par les animateurs de La Belle Boîte.

Autour de quizz et saynètes vidéo, des échanges collaboratifs permettront de mieux comprendre la législation, identifier les situations hors-jeu et adopter les bons comportements en cas de signalement ou en tant que témoin.

« On travaille la culture au cœur pour qu’elle arrête d’être sexiste, qu’elle soit plus moderne, qu’elle soit plus contemporaine, qu’elle soit plus égalitaire », explique Antoine Lambert dans le clip-vidéo de présentation d’un atelier qui vise à faire bouger les lignes avec humour et détermination.

  • Au sortir de l’été, se profile le retour des événements en présentiel, avec en point d’orgue le Triathlon Audencia-La Baule qui revient en 2021, les 18 & 19 septembre. Ne manquez pas le défi Alumni pour retrouver vos copains d’école dans une atmosphère sportive et conviviale. Et faites de votre participation un engagement solidaire avec les étudiants d’aujourd’hui et de demain en apportant votre soutien à la Fondation Audencia. En savoir +

 

  • L’automne permettra à Homecoming Day de reprendre sa place dans le calendrier événementiel Audencia Alumni, pour célébrer les anniversaires de promotion et permettre des retrouvailles entre diplômés dans un format ambitieux qui sera dévoilé très prochainement. A toutes les promotions qui finissent en « 0 », « 1 », « 5 » et « 6 », rendez-vous le 16 octobre.

 

  • En fin d’année, le cycle de conférences inspirantes IDxA (Inspiration & Daring by Audencia Alumni) redémarrera aussi. Plus d’infos à venir très prochainement, restez à l’écoute !

 

Florence Alix-Gravellier, Rédactrice

 

Network talk

Ils cooptent leurs collaborateurs pour suivre l’Exec MBA

Voici le regard croisé d’Anne Villate, Chargée du recrutement du programme Executive MBA, et de participants ayant coopté d’autres collaborateurs au sein de leur entreprise. Ils racontent...

La première promo du programme Executive MBA a vu le jour en 2006. Depuis, quelques 400 personnes ont suivi cette formation « généraliste, longue (72 jours répartis sur 18 mois) et engageante, destinée à des professionnels en activité (80%), en repositionnement professionnel ou ayant un projet entrepreneurial (20%) », introduit Anne Villate en charge du recrutement du programme. Leur but : « évoluer vers des missions stratégiques ». Parmi les participants, figurent plusieurs collaborateurs d’une même entreprise.

 

La cooptation : un atout

Parmi eux : Anthony Guillouët (Exec MBA 16), Directeur commercial Route, est le premier salarié de DB Schenker (Montaigu) à avoir suivi ce programme en 2016.

« A l’époque, j’étais Directeur d’agence et souhaitais renforcer mes connaissances, pouvoir mieux accompagner les collaborateurs, décrypter les signaux faibles et déterminer les stratégies gagnantes... En somme, me sentir mieux armé sur un marché du transport routier très compétitif. »

Depuis, sur ses conseils, deux autres collaborateurs ont suivi le même chemin. L’un, Directeur Sales planning, a intégré la promo 2019-2020. Le second, qui est Directeur du développement international et des opérations LTL/FTL, suit actuellement l’Exec MBA.

Autre retour expérience, celui de Gildas Perrot (Exec MBA 12), à la tête de LGP Conseils à Nantes, issu de la promo 2011-2012.

« J’étais de plus en plus amené à dialoguer avec des responsables d’entreprises et confrontés à des problématiques de niveau stratégique. J’ai donc eu besoin d’élargir mon champ de compétences. Par ailleurs, mon cabinet connaissait une croissance. D’où la nécessité de monter en leadership. » Il raconte : « Cette formation a été une réelle source d’enrichissement avec des personnes d’horizons divers. De plus, le rythme de travail a été très exigeant, ce qui permet de gagner en agilité intellectuelle. »

Il a coopté, voilà 3 ans, l’une de ses collaboratrices.

« Membre du Codir, elle avait un potentiel de leader. Je l’ai encouragée à suivre ce programme avec dans l’idée qu’elle devienne progressivement associée. Un moyen de la positionner dans l’entreprise et de la légitimer vis-à-vis des autres membres de l’équipe. »

Avoir plusieurs diplômés Exec MBA dans la même entreprise est un vrai plus, assure Anthony Guillouët :

« Cela permet d’avoir une meilleure approche pour être plus efficace, d’influencer la stratégie de l’entreprise à moyen terme, donner du sens à nos actions... »

Même avis du côté de Gildas Perrot :

« Un cadre de références commun, les mêmes repères, la même vision... Cela a un impact en termes de dynamique collective ».  

Pour en savoir plus sur le programme Executive MBA, contactez Anne Villate : avillate@audencia.com

 

Florence Falvy, Rédactrice

 

Network talk

L’actualité du réseau : focus sur 3 communautés alumni

Les 5 ans du Prix innovation pour le Club Culture & Management

Le Club Culture & Management, qui regroupe aujourd'hui 8 Grandes Ecoles (dont Audencia depuis 2016), fête cette année les 5 ans de son Prix Innovation. A cette occasion, le prestigieux Club a organisé un événement virtuel le 18 mai, afin de réunir tous les lauréats du prix depuis sa création :

« Chaque année, entre 5 et 7 start-ups ou entreprises sont récompensées via des prix sectoriels, précise Pierre Reinisch (GE 13), l'ambassadeur d'Audencia au sein du Club. Cinéma, édition, spectacle vivant… Cette année, crise sanitaire oblige, il n'y a pas de prix mais nous profitons de l'événement pour annoncer son évolution, avec, dès 2022, des catégories transverses comme l'ouverture à l'international, la diversification des modèles économiques ou encore les levées de fonds. Il faut souligner que ce prix apporte une visibilité importante aux lauréats dans le secteur culturel. Il s'agit bien souvent d'une première étape vers d'autres récompenses. »


Les Alumni MS MOS à l'honneur dans un podcast

Piloté par Etienne Cassagne, le Mastère Spécialisé Management des Organisations de Sport lance une série de podcasts dont l'objectif est de faire témoigner les diplômés.

« Au départ, c'est une idée de Gaspard Normani, lui-même diplômé, qui se lançait dans la production de podcast, précise Etienne. Nous en réalisons un par mois jusqu'à cet été puis nous en ferons un vrai projet pédagogique avec les étudiants à la rentrée ».

Les deux premiers épisodes ont convié Thibault Leflot (diplômé en 2006, Directeur de la communication d'une structure spécialisée dans le e-sport) et Guillaume Imbaud (Sales Manager chez Eventeam) à partager leurs parcours respectifs et leur vision de leur métier.

Ecouter les épisodes ici >

 

« Audencia en immersion » au Mediacampus

A tous les diplômés intéressés par les sujets de communication et information responsables, media, expérimentation pédagogique, nous vous donnons rendez-vous le mardi 6 juillet prochain à 12h45 pour la première d’une émission TV exclusive « Audencia en immersion ». Un rendez-vous virtuel en direct du Mediacampus pour plonger dans les coulisses de ce lieu hybride unique, qui abrite notamment Audencia SciencesCom, TéléNantes, une agence de communication, un plateau TV et un studio radio.

Au travers des témoignages des différents invités de l'émission, vous découvrirez la dynamique, les entreprises, les projets qui font la richesse de cet écosystème. Une émission en compagnie de Sylvie Chancelier, Directrice Audencia SciencesCom et d'Estelle Prusker, Enseignante Chercheuse, pilote du Mediacampus.

 

Jordi Soude (SCOM 07), Rédacteur

 

Around the globe

Retour sur Audencia Around The World

La 3e édition d'Audencia Around The World, l'événement annuel qui met en lumière les communautés de diplômés à l’international, s’est tenue du 25 mars au 1er avril.

Le tour du monde d’Audencia 2021 c’était 30 événements, 20 online et 10 événements en présentiel dans les pays qui le permettaient, dans 23 pays, sur 8 jours. 450 inscrits ont participé à cette édition 2021 phygitale et 100% en anglais.

Une organisation qui mobilise également les étudiants d'Audencia, dont Pauline Dugnach (Master MSc) et Cécile Griffon (GE) : 

« J'ai été contactée pour participer à l'organisation et je me suis dit que c'était un beau challenge de préparer un événement dans ce cadre, explique Pauline Dugnach. Nous avions une petite semaine pour mettre sur pied un événement un peu particulier : une dégustation de vins à distance depuis un restaurant genevois. »

L'occasion pour Pauline de découvrir de façon concrète l'importance du réseau des alumni.

« J'ai pris contact très rapidement avec Mélina, une diplomée d'Audencia qui travaille au service marketing du Hilton de Genève. Elle était la co-organisatrice de l'événement sur place et a facilité la relation avec le sommelier Vincent Debergé, qui accueillait cette dégustation virtuelle au sein même de son restaurant, “Chez Bacchus”. L'idée de ce rendez-vous : voyager virtuellement autour de quelques-unes des meilleures régions viticoles suisses et être guidé par un expert au cours des présentations et dégustations de quatre cépages renommés. Nous étions une quinzaine d'invités présents depuis Genève, Paris ou Nantes... Mon rôle a été de faire l'interface entre les équipes d’Audencia à Nantes et les participants. J'ai notamment imaginé comment filmer de façon efficace le sommelier : avec quel angle ? Dans quel endroit du restaurant ? C'était surtout pour moi la première occasion de découvrir le réseau Alumni. Je me rends compte aujourd'hui qu'Audencia est une vraie famille. »

De son côté, Cécile Griffon a participé à l'événement “Colombie”.

« Je suis toujours en veille sur ce qui est proposé par Audencia. Comme j'ai un intérêt pour l'Amérique Latine et la Colombie en particulier, je me suis inscrite à ce rendez-vous. »

Elle a ainsi pu échanger avec trois alumni : deux Colombiens et un Français qui a travaillé une vingtaine d'années là-bas.

« J'aimerais partir en Colombie pour travailler et nos échanges m'ont conforté dans cette envie. Le fait d'avoir rencontré ces personnes pourra sans doute m'aider quand le projet sera plus concret. Chacun m'a transmis ses coordonnées pour que je puisse prendre contact en cas de besoin. C'est la force du réseau des anciens ! »

 

Jordi Soude (SCOM 07), Rédacteur

 

Around the globe

Escale au Vietnam

Après son diplôme obtenu à Audencia SciencesCom en 2018, Jeanne Leroy (Audren) a décidé de partir pour un tour du monde, avant de poser ses valises au Vietnam, plus précisément à Hoi An, une ville côtière située à trente kilomètres de Da Nang. Elle nous raconte.

« Avec Charles, mon copain à l'époque qui est aujourd'hui devenu mon mari, nous sommes partis précisément le 10 mars 2018 pour un périple qui nous a menés en Amérique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande puis en Asie ».

Des destinations qui offrent à Jeanne l'occasion de se lancer dans le volontariat.

« En Equateur, je m'occupais de l'accueil de touristes dans un éco-resort, et un peu de leur communication sur les réseaux sociaux ».

Au Vietnam, où le couple a décidé de s'installer après 18 mois de pérégrinations, la jeune femme s'engage pour la cause animale, en devenant manager d'un refuge pour chats.

« On récupérait les chatons pour les faire adopter et surtout on sensibilisait la population au trafic de chats et de chiens, animaux qui sont encore considérés comme des mets de luxe dans certaines parties du pays ».


Tapas vegan et digital

Après cette première expérience dans le pays, Jeanne embrasse une toute autre voie en montant son propre restaurant.

« Entreprendre est assez simple ici. Les formalités administratives sont très réduites et on peut se lancer relativement vite ».

Le hasard faisant bien les choses, la première personne qu'elle rencontre à Hoi An avait lancé un snack-bar qui accueillait essentiellement des expatriés – Francais, Anglais, Américains, Australiens...

« Il voulait passer la main et m'a proposé de me céder son activité. J'y ai ajouté ma touche personnelle en en faisant un bar à tapas vegan ». Une expérience qui dure seulement quelques mois : « La crise sanitaire a mis fin à cette aventure : beaucoup d'expatriés ont quitté le pays et les touristes ne pouvaient alors plus venir. »

Mais Jeanne rebondit à nouveau pour intégrer Metiseko, une marque de prêt-à-porter créée il y a 10 ans par un Franco-Vietnamien.  Elle y occupe depuis quatre mois le poste de responsable du marketing digital, un enjeu devenu essentiel dans cette période de Covid.

« Les ventes en boutiques, très liées au tourisme, ont beaucoup baissé. La marque va monter en puissance dans le e-commerce et je compte bien y participer ! » Quant à un retour en France, ce n'est pas vraiment d'actualité : « nous avons vraiment trouvé un lieu extraordinaire, explique Jeanne. Il faut dire que le climat y est pour beaucoup. Je pense que mes deux ou trois prochaines années se passeront au Vietnam. »

 

Jordi Soude (SCOM 07), Rédacteur

 

Patronage & support

Grand succès pour le fonds de solidarité 2021 !

À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Face à la crise sanitaire de la COVID-19 qui se prolonge, la Fondation Audencia lance à nouveau un Fonds de Solidarité pour venir en aide aux étudiants en difficulté.

Au printemps 2020, la première édition du Fonds de Solidarité avait récolté 65 800 € - pour un objectif de 60 000 € - et bénéficié directement à près de 160 étudiants. Cette année, la seconde édition entend porter la barre plus haut en visant le seuil des 70 000 €.

Quatre semaines après le lancement de la campagne de dons, force est de constater que l’engouement pour la solidarité fait échos : 43 000 €, soit près de 65 % de l’objectif, ont déjà été versés. Une rapidité jamais vue jusqu’alors.

« C’est d’autant plus encourageant que nous enregistrons cette année beaucoup de nouveaux donateurs parmi les alumni, preuve que le message passe et que le réseau sait se mobiliser en période de crise, pour venir en aide aux étudiants financièrement vulnérables », s’enthousiasme Karyn Mikkelsen-Tillet, Responsable du développement de la Fondation Audencia.

À l’image de l’année dernière, le Fonds de Solidarité 2021 a pour objectif d’aider les étudiants d’Audencia qui ont perdu leur job grâce auquel ils finançaient une partie de leurs frais de vie (600 € par mois en moyenne), de soutenir ceux dont les familles rencontrent des difficultés financières brutales et qui ne peuvent bénéficier d’aide de l'Etat, et d’apporter une réponse à l’accroissement du nombre d’étudiants boursiers, y compris les étudiants internationaux en situation économique précaire.

« C'est à notre tour d'accompagner la nouvelle génération, particulièrement en ce temps de pandémie », affirme Marie-Françoise Marie-Nelly (GE 78), Directrice de l’antenne sud-africaine de la Banque Mondiale.

« En tant que diplômé d'Audencia et ayant profité de certaines aides, je souhaite à mon tour aider les étudiants qui en ont besoin », renchérit Olivier Briche (GE 04), Market mManager chez Sobem-Scame.

L’Ecole n’est pas en reste, comme le confirme Laurent Métral, DRH Groupe chez Crédit Mutuel Alliance Fédérale et Président d’Audencia :

« Plus que jamais, Audencia se veut solidaire et en soutien de nos étudiants dans cette période que l’on sait extrêmement difficile pour beaucoup d’entre eux. Pour passer de la parole à l’action, Audencia a abondé le Fonds de Solidarité à hauteur de 25 000 €. Rejoignez-nous dans cette dynamique ! »

Pour faire un don et vous informer sur les déductions fiscales dont vous bénéficiez, c'est ici.

 

Guy-Pierre Chomette, Rédacteur

 

Patronage & support

Fondation Audencia : la FAQ est en ligne

Depuis début avril, le site de la Fondation Audencia s’est enrichi d’une Foire aux Questions pour répondre à vos interrogations sur l’outil philanthropique de l’Ecole créé il y a 12 ans.

« C’est à l’occasion d’un atelier qui a réuni des ambassadeurs alumni, en février, que l’idée nous est venue, raconte Karyn Mikkelsen-Tillet, Responsable du développement de la Fondation Audencia. La Fondation faisait partie des sujets abordés. On s’est aperçu qu’elle manquait de visibilité auprès des diplômés. Ce n’est pas tant qu’ils rechignent à faire des dons et à soutenir les projets de la Fondation, c’est plutôt qu’ils sont trop nombreux à ignorer son existence ! »

Plus encore : les diplômés informés de l’existence de la Fondation ne savent pas forcément ce qu’elle fait. Dès lors, la FAQ est là pour répondre aux questions les plus courantes que peuvent se poser les diplômés et rendre la Fondation plus visible à l’ensemble du réseau.

Que fait la Fondation Audencia ? D’où viennent les fonds ? Mon don va-t-il directement aux étudiants dans le besoin ? Comment la Fondation aide-t-elle les étudiants pendant la crise de la Covid ? Autant de questions auxquelles vous trouverez les réponses courtes et précises.

Vous vous demandez par exemple pourquoi la Fondation a besoin de vous alors que vous avez déjà payé vos frais de scolarité ? La réponse est sans équivoque :

« Les évolutions financières dans l’enseignement supérieur et la concurrence en France et à l’international ont poussé les Grandes Ecoles à réinventer leur modèle économique. Il y a 20 ans, 25 % de notre budget provenait de fonds publics. Aujourd’hui, il est de 0 %. La perte des dotations publiques, les réformes de la taxe d’apprentissage et le besoin d’investissements afin de répondre aux standards des accréditations internationales sont autant de raisons qui amènent les Grandes Ecoles à augmenter leur frais de scolarité. La conséquence de cette augmentation est le phénomène d’autocensure des étudiants issus de milieux modestes qui, à ce jour, ne sont pas toujours éligibles aux critères d’attribution des bourses ».

Consultez la FAQ de la Fondation Audencia

 

 

Guy-Pierre Chomette, Rédacteur

 

Innovation hub

L’incubateur en mouvement : regards croisés avec Frédéric Belhache

Près de vingt ans après sa création, l’incubateur Centrale – Audencia – Ensa n’en finit plus de se réinventer. Une dynamique de mouvement continu pour coller toujours mieux aux besoins des entrepreneurs nés dans l’écosystème nantais ou qui souhaitent y revenir.

Chaque année, une dizaine de nouveaux projets portés par des étudiants, diplômés ou enseignants-chercheurs des écoles de l’Alliance rejoignent les pépites couvées au sein de l’incubateur sur les traces de InVirtus Technologies qui vole désormais de ses propres ailes.

« Nous nous sommes naturellement rapprochés de l’incubateur Centrale – Audencia – Ensa au début de notre aventure entrepreneuriale, explique Frédéric Belhache (GE 88). En tant qu’anciens, nous avons retrouvé avec plaisir les Campus de notre jeunesse et des équipes pédagogiques toujours plus proches du monde de l’entreprise avec des intervenants experts de leur domaine, concentrés autour d’infrastructures agiles. »

Trois ans plus tard, InVirtus Technologies et ses solutions de géolocalisation de matériels et d’ordres de fabrication sont bien lancées avec une deuxième levée de fonds de 750 000 € finalisée début 2020, une belle exposition sur les meilleurs salons spécialisés et des partenariats techniques (Agence Spatiale Européenne, LS2N…) et commerciaux de premier plan.

« La vitesse des échanges avec les équipes de l’Incubateur, la variété des thématiques traitées et l’accès à un réseau dense de partenaires ont été des atouts essentiels dans le développement de notre projet. Nous sommes par ailleurs lauréats du Réseau Entreprendre et Atlanpole grâce à notre période d’incubation pendant laquelle nous avons aussi reçu des conseils précieux pour nos dossiers d’aides CTI et PTI.

Ces deux dernières années, nous avons développé une solution d'Asset Tracking innovante, "plug & play", durable et universelle, capable de couvrir toute la planète. En un mot, la solution à tous les cas d'usage de géolocalisation avancée.

Puis, en parallèle d’un plan d'embauche soutenu, nous avons lancé notre commercialisation en Europe. Nous amorçons une nouvelle levée de fonds pour fin 2021, pour étendre encore notre présence à l'international et accélérer nos développements R&D.

Alors, bien sûr je recommande à tous les Audenciens, même ceux qui se sont éloignés de l’école, de revenir voir ce qui se passe du côté de l’Incubateur et d’entrer de plain-pied dans l’écosystème entrepreneurial d’Audencia. »

En septembre, l’incubateur accueillera une nouvelle promotion de projets, une opportunité à ne manquer sous aucun prétexte : les dossiers sont à déposer dès maintenant et jusqu’au 23 juin en ligne directement pour une sélection le 7 juillet 2021.

Et si vous souhaitez découvrir – peut-être même financer – des projets entrepreneuriaux, participez au prochain Demo Day, le grand oral des start-up incubées auprès des investisseurs du territoire.

 

Florence Alix-Gravellier, Rédactrice

 

Business corner

Retour sur le concours Audace

Christelle Assen (SMED 20), Caroline Rey (GE 13) et Nicolas Gumy (BACHELOR 18) ont un point commun : avoir remporté un prix dans la catégorie “Accélération” du concours Audace d’Audencia. Portrait de ces trois alumni ayant adopté une dynamique entrepreneuriale.

 

Focus sur trois talents d’Audencia

Au départ : 43 projets, dont 8 dans la catégorie “Accélération”. Au final, la 3e édition du concours Audace a distingué 3 projets d’entreprise. Nouveauté cette année : un prix coup de cœur.

« J’ai été très émue », se souvient la lauréate de 28 ans Christelle Assen (SMED 20). Tel un clin d’œil à sa passion pour la mode et à ses origines camerounaises, elle a imaginé une marketplace en ligne (Mikono) pour donner de la visibilité aux créateurs africains animés par des ambitions internationales.

Toujours dans le prêt-à-porter, faisons à présent connaissance avec Caroline Rey (GE 13) qui a reçu le prix du jury. Afin de combler une offre inexistante, elle a lancé avec une amie une marque féminine spécialisée dans les tailleurs 100% éthique. Son nom : 17H10. Le concept ?

« Proposer plusieurs modèles de vestes, pantalons et jupes à composer selon son style et sa morphologie », explique la jeune entrepreneure de 31 ans, honorée d’avoir reçu tant d’éloges.

Enfin, partons sur les routes avec Nicolas Gumy (BACHELOR 18), lauréat du prix du public. Son idée : donner une seconde vie aux vieux combis à motorisation thermique (type anciens fourgons EDF) et les transformer en vans aménagés 100% autonomes en électricité.

 

Un vrai coup de pouce

Pour cet entrepreneur de 23 ans, le concours Audace a été l’occasion de structurer son projet “Bloom Campers”. « Ça a été un bon booster ! », reconnaît-il.

Caroline Rey entend, elle aussi, accélérer avec une deuxième boutique toujours à Paris, cette fois-ci côté rive gauche, alors qu’une levée de fonds pourrait permettre de structurer l’équipe (6 personnes). Et il n’est pas exclu de voir débarquer la marque 17H10 en Province, voire dans les grandes capitales européennes.

Le projet de Christelle Assen va connaître, quant à lui, une prochaine étape à la rentrée avec la mise en ligne de la marketplace Mikono où 20 à 25 créateurs seront référencés avec en prime, un espace de co-création. De quoi faire dans le sur-mesure !

 

Florence Falvy, Rédactrice

 

Itineraries

Nominations

Certains de nos diplômés ont changé de poste ces derniers mois. Félicitations à eux pour ces belles nominations !

  • Maxime Baumard (SCOM 10) est nommé Chief Marketing Officer chez Pennylane        
  • Virginie Berçot (GE 00) est nommée Global Brand Director chez AXA
  • Jean-Louis Blot (SCOM 93) est nommé Président chez EndemolShine (Groupe Banijay)
  • Marine Cuda (GE 16) est nommée Responsable RH engagement et organisation, référent mission Handicap chez Prisma Media
  • Arnaud De La Fournière (GE 94) est nommé Directeur Associé chez TNP Consultants
  • Aymeric De Pontevès (GE 07) est nommé Managing Director chez Degroof Petercam
  • Sébastien Delétang (GE 02) est nommé Chief Financial Officer chez Ringover
  • Didier Gaffinel (GE 87) est nommé Directeur Général Adjoint chez Crédit Agricole CIB
  • Maxim Gobbers (EIBM 15) est nommé Senior Associate chez Apax Partners
  • Samuel Guillemin (GE 06) est nommé Directeur Régional chez Pandat Finance
  • Marie Le Goux (GE 06) est nommée Directrice administrative, financière et des ressources humaines à la Cité internationale des arts
  • Mathieu Lemaire (GE 01) est nommé Directeur Financier chez Canal+ France
  • Régis Massuyeau (GE 95) est nommé Group Chief Financial Officer chez Maisons du Monde
  • Marine Roussannes (GE 03) est nommée Co-directrice de la Pratice Stratégie et Performance Sociale chez Lee Hecht Harrison-Altedia
  • Régis Thibault (SCOM 06) est nommé Directeur pôle RP & influence chez Gulfstream Group
  • Bertrand Trastour (BACHELOR 95) est nommé General Manager France, Afrique du Nord, de l'Ouest et du Centre chez Kaspersky
  • Alexia Veyry (SCOM 05) est nommée Responsable Partenariats et Communication cinéma chez Groupe Canal+

 

Et si vous aussi, vous souhaitez nous signaler un changement de poste ou une création d’entreprise, écrivez-nous à audenciaalumni@audencia.com

 

Emilie Tendron, pour l'équipe Audencia Alumni

 

Itineraries

Parutions

Découvrez les dernières parutions du réseau Audencia :

 

 

« Des études à l’emploi : les Grandes Ecoles se réinventent »

Audencia publie un livre blanc sur les Grandes Ecoles, un an après le début de la crise sanitaire. Comment maintenir la qualité de la pédagogie ? Comment soutenir les étudiants et diplômés ? Et comment assurer l’insertion professionnelle ? A travers ces trois axes prioritaires, le livre dresse le portrait d’un secteur qui a eu à cœur, depuis douze mois, de transformer les contraintes en opportunités, pour accomplir une métamorphose durable.

 

 

 

« Rapport Annuel 2020 »

Christophe Germain, Directeur général d’Audencia : « 2020 restera à jamais dans les esprits comme l’année de tous les défis : celui de la préservation de la santé de tous, celui de la continuité pédagogique, celui de la lutte contre l’isolement grâce à un élan de solidarité de notre communauté ».

Découvrez le rapport annuel digitalisé de cette année si particulière pour Audencia à travers les mots de Christophe Germain dans une vidéo dédiée.

 

 

« Les aventures de Pénélope »

Dans le tome 1, Pénélope Bœuf (GE 07) nous parle de ses envies, de ses doutes et de ses questionnements avec beaucoup d'autodérision. Ses aventures rocambolesques et drolatiques sont le trait d'union inédit entre Pierre Richard, Bridget Jones et l'héroïne de la série Fleabag.

Dans le tome 2, Pénélope nous livre avec drôlerie son parcours professionnel chaotique, ses embûches et sa quête infernale... d'elle-même.

 

 

 

 

« Créer son podcast »

Pénélope Bœuf (GE 07) toujours, nous explique dans cet ouvrage l'histoire du podcast et comment créer le sien étape par étape !

 

 

 

 

 

 

« La petite phrase »

A travers de nombreux exemples contextualisés et analysés, ce livre met au jour les aspects les plus surprenants des petites phrases les plus connues tout en explorant avec un regard résolument neuf leur domaine d'étude. Michel Le Séac’h (SCOM 85).

 

 

 

 

 

Audencia MOS : « Podcast des Alumni »

Le premier épisode du podcast qui s'intéresse aux acteurs du management du sport est arrivé !
Découvrez le parcours de Thibault Leflot (MOS 06) et comment s'articule le management au sein d'une structure E-sport.

 

 

 

« Marketing : les illusions perdues »

Florence Touzé (Associate Professor, Communication & Culture department, Audencia) a été l'une des premières à remettre en cause sa discipline pour la faire évoluer. Elle propose de passer d'un métier sous le feu des critiques à une discipline utile et constructive, d'oublier le marketing commercial de bout de chaîne, pour en faire une pierre angulaire d'implication, un marketing de fondation.

 

 

 

 

“Civil economy and organisation towards ethical business management”

Ce livre vise à dépasser les concepts de "bureaucratie", de "contrôle hiérarchique" et de "performance" sur lesquels se concentrent souvent les études classiques d'organisation et de gestion. Roberta Sferrazzo, Assistant Professor, Management department, Audencia.

 

 

 

 

Vous êtes diplômé(e) et avez publié un ouvrage ? Faites-le nous savoir en nous envoyant un mail à : audenciaalumni@audencia.com

 

 

Emilie Tendron, pour l'équipe Audencia Alumni

 

Le mot de la fin

Un grand merci d’avoir lu the mag #17, le dernier numéro de l'année scolaire ! On espère que vous avez autant de plaisir que nous à découvrir les histoires inspirantes des diplômés d'Audencia chaque trimestre. 

Au passage, n'hésitez pas à rejoindre la nouvelle page Linked In Audencia Alumni pour être au courant de toute l'actu du réseau :) 

Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour la prochaine édition du mag. Et d'ici là, nous vous souhaitons évidemment un très bel été ! Prenez soin de vous et de vos proches. 

A bientôt, 

 

L'équipe Audencia Alumni

Plus d'infos sur Together